Former les journalistes

ESJ PRO

A la Une

Podcasts et presse écrite : 6 bonnes raisons d’y aller

01/03/2019 - Un oeil sur les médias

Par Maëlle Fouquenet, journaliste responsable des formations numériques ESJPRO. Article original sur Medium

 

2018 a été l’année de tous les essais pour la presse écrite en matière de podcasts. S’il existe certainement un effet de mode, il y a aussi de bonnes raisons de s’y mettre pour les journaux.

 

 

 

 

En voici six, liste non exhaustive mais déjà dense et détaillée :

  • toucher un nouveau public
  • répondre aux nouveaux usages
  • comprendre les enjeux de la commande vocale
  • apprendre à produire
  • une participation volontaire des journalistes
  • se positionner (prime au premier arrivé)

 

TOUCHER UN PUBLIC DIFFÉRENT

La première motivation pour les éditeurs de presse écrite est la volonté de toucher un public différent et plutôt captif. Une offre sur le foot est en réflexion à L’Equipe, sous forme de série, avec des rencontres entre footballeurs et rappeurs pour atteindre un public plus jeune. Un projet se dessine autour les explorateurs, avec pour destinataires “les gens intéressés par le dépassement de soi”.

Chez Ouest France, le “mur des sons” organise l’offre de podcasts natifs actuelle ainsi que l’offre replay des radios du groupe pour gagner en lisibilité et accessibilité des contenus. Les habitués des replay des radios peuvent devenir auditeurs des podcasts natifs de la rédaction du quotidien.

Autre motivation forte : coller aux nouveaux usages et particulièrement à la mobilité des internautes. Le son offre de nouveaux modes de distribution, notamment dans les voitures connectées. Pour Frédéric Sitterlé, chargé de l’adaptation éditoriale sur les voitures connectés chez Challenges (dont Renault est actionnaire), l’audio est une opportunité de développement via différents canaux.

Dans le même esprit, Edouard Reis Carona, délégué au numérique et à l’innovation chez Ouest France, met en avant la nécessité d’informer sur tous les supports disponibles et diversifier le traitement éditorial. C’est également le point de départ de la réflexion du groupe Ebra qui a intégré le podcast dans son plan de formation 2019.

Si les méthodes d’approche diffèrent, les rédacteurs en chefs et patrons de journaux cherchent aussi à appréhender l’univers des assistants vocaux et de la commande vocale. Des assistants qui sont attendus dans la maison, avec Alexa d’Amazon, le Homepod d’Apple et l’assistant Google, mais aussi et surtout dans les voitures. BMW développe son assistant et intègre Alexa, Seat mise sur Alexa aussi, Google sera installé dans les voitures Renault en plus du système AEX, Nissan et Mitsubishi intègreront l’assistant de Google, Mercedes possède son propre système MBUX…

« Notre objectif c’est la personnalisation de l’expérience quand on est dans la voiture et d’atteindre les clients directement », Frédéric Sitterlé au Festival Paris Podcast en octobre 2108.

Si pour le moment, l’usage d’Alexa ou Google home reste confidentiel en France (1,7 million d’utilisateurs toutes marques confondues selon Médiamétrie), leur adoption se révèle plus rapide que celle du téléphone mobile aux Etats-Unis. Par ailleurs, la recherche vocale devrait représenter 50% des recherches sur Google en 2020 (étude Comscore). Un énorme enjeu dans la diffusion des contenus pour les médias. D’autant plus que les commandes vocales des téléphones mobiles sont déjà utiliséesnotamment par les 18–34 ans. Par ce biais, il convient de coller aux usagers de la jeune génération de lecteurs-auditeurs-internautes.

Pour ne pas laisser les radios et télés prendre un avantage irrattrapable, la presse écrite teste et apprend à capter et produire du son. Les journalistes plus jeunes, souvent formés à l’audio pendant leur cursus, apportent les compétences audio. Cela va de l’écriture à la production, en passant par la pose de la voix, la captation des sons, le mixage et parfois même la réalisation finale. Certains chefs de rédaction se forment aussi au storytelling audio pendant que d’autres ont inclus le podcast dans le plan de formation de leurs équipes.

Enfin, chez plusieurs titres de presse écrite, les journalistes semblent plus enclins à se lancer dans le podcast que dans la vidéo. Benjamin Bréhon, du Télégramme, explique ça par un ton plus libre qui est permis que sur le journal ou même le site internet. Le matériel plus léger que la vidéo, et le fait de ne pas apparaître visuellement soi-même facilitent aussi la participation des journalistes. Quand un premier podcast est réalisé, il est fréquent que l’intérêt pour ce format se développe dans la rédaction et que d’autres propositions émergent. C’est aussi l’occasion de pratiquer une autre facette de son métier, comme le décrit Chrystelle Bonnet, journaliste à L’Equipe Mag.

« C’est un moment sympa avec les reporters de la rubrique et j’apprends à diriger une émission, ce que je n’aurais jamais pensé faire. » Chrystelle Bonnet, qui anime le podcast rugby de L’Equipe.

Les compétences spécifiques à l’audio, la presse écrite ne les maîtrise pas ou peu mais elles seront indispensables dans l’élaboration des contenus sonores. Or, il existe une prime au premier arrivé sur chaque nouveau support. Ainsi, sur Alexa (qui domine le marché des smart speakers au UK), l’application de la BBC est installée par défaut, et peu d’utilisateurs personnalisent leurs paramètres. La radio publique y représente 64 % des infos consommées (Reuters Institute, 2018).

En France, Amazon a choisi France Info comme média par défaut au niveau national. Mais pour la presse régionale, l’intérêt serait d’avoir une géolocalisation par défaut des flash infos sur les enceintes connectées.

Au-delà de ce placement par défaut en tête des réponses d’Alexa, pointe la question des résultats de la recherche vocale. Car une seule réponse sortira. Une seule oui, mais celle de qui ? Celle d’un média, d’un blog, d’un individu via son tweet, d’un annonceur plus ou moins masqué ?…

Deux autres articles sur les podcasts et la presse écrite sont à lire par ici :
– Podcasts et presse écrite : pensez-les d’abord comme un produit
– Podcasts et presse écrite : comment les financer et gagner de l’argent ?

——————————————————————————————

RETROUVEZ  TOUTES NOS FORMATIONS AUX PODCASTS :

Réagir

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Suivez-nous !

RT @npcheynel: Voilà plus de 3 ans qu'on a commencé à évoquer le projet avec @lara_vd. Les 12 derniers mois ont été intenses 🤯 mais ça y es…

RT @AubaneLemaire: Pendant mon cursus à @ESJPRO, je tiens le blog Les Écolos des Alpages ! Le but : rencontrer des locaux de Savoie/Haute-S…

19% des lecteurs de podcasts ont aussi lu au moins un article d'une des séries originales du @lemondefr, articles q… twitter.com/i/web/status/1…

RT @BambaMGueye: Bonjour, actuellement en contrat à @franceinfo (TV), je vais intégrer l’ @ESJPRO au mois de novembre prochain. Je suis à l…

RT @mfouquenet: Découverte de l'Assemblée Nationale côté coulisse, sous le guidage éclairé de @LucieSoullier (qui a aussi assuré la photo,…

Nos formations